CAP horlogerie

L’horlogerie en général vous passionne ? Pourquoi ne pas devenir horloger si vous avez les capacités requises ?  Comment devenir horloger ? Plusieurs formations sont disponibles en France, à commencer par le CAP horloger.

Le métier d’horloger en quelques mots

L’horloger se spécialise dans l’entretien et la réparation des garde-temps. Maîtrisant tous les actes de production et/ou de réparation d’un mouvement mécanique, électrique ou électronique, il peut réaliser diverses opérations :  

  • Créer et monter les pièces d’une montre
  • Démonter et nettoyer l’intérieur du boîtier
  • Assembler ou remplacer les pièces
  • Déterminer l’origine d’une panne
  • Tester les pièces pour en vérifier le fonctionnement

L’horloger peut aussi travailler en contact direct avec le client. S’il travaille en boutique, l’horloger reçoit et conseille les clients. Il établit également les devis et la liste des travaux à réaliser. Et enfin, il livre la montre après le passage en atelier.

Formation CAP horlogerie

CAP horlogerie : détails de la formation

Le CAP horloger est un diplôme national de niveau V et on peut suivre la formation à partir de la 3ème. Constituée de cours théoriques et de cours pratiques (12 semaines de stage), cette formation de 2 ans inclut une partie générale et une partie plus technique, consacrée à l’horlogerie.

Il y a en premier lieu des matières générales (Français et histoire-géographie, maths et sciences, éducation physique et sportive, langue vivante) Les matières plus techniques quant à elles, sont la métrologie, la physique appliquée qui approfondit spécialement les notions de base de temps, les phénomènes oscillatoires, etc., les arts appliqués et représentation graphique et enfin les technologies de base obligatoires en horlogerie. Celles-ci concernent le démontage, le nettoyage, le graissage et toute autre opération susceptible d’être réalisée sur le mouvement de la montre.

Peut-on poursuivre ses études en horlogerie ?

Les personnes détentrices d’un CAP horlogerie peuvent trouver du travail ou se perfectionner en s’inscrivant à d’autres formations. On peut aussi trouver du travail dans un premier temps, puis s’inscrire quelques années plus tard pour une formation continue.

Dans tous les cas, le brevet des métiers d’art ou BMA horlogerie est le diplôme à obtenir après le CAP horloger. C’est un diplôme classé au niveau IV de la nomenclature interministérielle des niveaux de formation et du cadre européen de certification ou CEC.

On s’y prépare de trois manières :

  • Par voie scolaire dans les établissements d’enseignement technique privé et les lycées professionnels
  • Par apprentissage dans les centres de formation d’apprentis
  • Par formation professionnelle continue pour les personnes déjà en activité professionnelle

Quels débouchés ?

Les horlogers peuvent travailler en tant qu’artisan indépendant où ils travaillent donc dans leur propre atelier d’entretien et de réparation horlogère. Ils peuvent aussi travailler pour une entreprise et dans ce cas, plusieurs genres de sociétés recrutent.

Les ateliers de fabricants d’horlogerie, que ce soit dans le luxe ou non, sont les premiers recruteurs dans ce domaine qui est pour le moment dominé par le marché suisse. Beaucoup de jeunes diplômés Français partent en Suisse, mais il y a également les manufactures implantées sur le sol français. On peut citer entre autres Pierre Lannier, Clyda ou encore Jaeger. Les horlogers sont également indispensables dans les boutiques d’horlogerie et certaines bijouteries.

Permettant d’accéder au métier d’horloger, le CAP horlogerie suffit pour trouver du travail dans ce secteur. On peut faire carrière avec ce certificat, mais on peut aussi continuer pour obtenir un BMA. C’est plus recommandé si on souhaite se faire embaucher par les grandes enseignes voire les fabricants d’horlogerie suisse. Et malgré le côté traditionnel, le marché horloger évolue. Découvrez-en les actualités avec Baselword, le salon incontournable de cette filière.