Ecole d’horlogerie

Le secteur horloger est très prospère et des milliers de gens aspirent chaque année à faire carrière dans ce domaine. Les écoles horlogères se concentrent essentiellement en Suisse. Il existe toutefois des écoles d’horlogerie dans d’autres pays, notamment en France et ailleurs pour se former à l’horlogerie. Parlons-en !

École d’horlogerie en Suisse

Il existe plusieurs écoles horlogères en Suisse, dont la plus prestigieuse et la plus ancienne est l’École d’horlogerie de Genève, fondée en 1824. Cette école est actuellement constituée de trois branches :

  • École de métier 
  • École professionnelle
  • École supérieure

La formation dispensée dans la première école est entière dédiée aux horlogers praticiens, aux micrmécaniciens et aux horlogers rhabilleurs. La seconde s’adresse aux apprentis qui sont répartis en quatre sections à savoir les apprentis horlogers industrie, les apprentis horlogers praticiens, les apprentis opérateurs en horlogerie et les apprentis micromécaniciens. La troisième école propose une formation de techniciens diplômés ES, spécialisés en microtechniques. Il y a plusieurs spécialisations dans cette troisième école.

École d’horlogerie en France

La France abrite aussi plusieurs écoles d’horlogerie, formant de futurs horlogers dont une partie fait en général carrière en France et une autre partie en Suisse. Trouver une bonne école d’horlogerie dans l’Hexagone est donc à la portée de tous en sachant que les formations varient en fonction de la spécialisation et du niveau d’études.

Parlons notamment des diplômes proposés par les lycées professionnels qui se trouvent entre autres à Rennes, Marseille, Nice, Paris, Morteau, etc. Prenons par exemple la section professionnelle du Lycée Edgar Faure de Morteau qui a un label de lycée des métiers de l’horlogerie, bijouterie et joaillerie. Cet établissement public est sous la tutelle du ministère chargé de l’éducation nationale.

Trois diplômes y sont préparés :

  • Le Certificat d’aptitude professionnel ou CAP en art et technique de la bijouterie-joaillerie, en décolletage et en horlogerie.
  • Le Baccalauréat professionnel en microtechniques et en technique d’usinage
  • Le Brevet des métiers d’art ou BMA en bijouterie et en horlogerie.

D’autre part, les CFA ou centres de formation d’apprentis proposent aussi des formations en vue d’obtenir plusieurs diplômes en horlogerie à savoir le certificat d’aptitude professionnelle ou CAP, le brevet d’études professionnelles ou BEP, le bac professionnel, la licence professionnelle ou encore le brevet de technicien supérieur ou BTS. Le programme de formation peut se différencier en plusieurs points, en fonction de l’ecole horlogère que l’étudiant intègre, mais les CFA proposent tous une formation générale et technique. Celle-ci complète la formation en entreprise.  

École d’horlogerie au Canada

L’École Nationale d’Horlogerie, située dans la ville de Trois-Rivières (Québec) est la seule école horlogère canadienne. Fondée en 1946, cette école propose une formation individualisée d’une durée de 1800 heures. Étendue sur un an et demi, cette formation est sanctionnée par un DEP ou Diplôme d’études Professionnelles émis par le MELS.

Si l’étudiant désire obtenir en plus de ce premier diplôme une attestation de spécialisation professionnelle ou ASP, il devra suivre une formation supplémentaire de 600 heures, réparties sur 5 mois. En tout cas, l’École Nationale d’Horlogerie du Québec permet de s’inscrire à tout moment, quelle que soit la période de l’année, étant donné qu’il s’agit d’une formation individualisée.

Avec la dominance incontestable des manufactures suisses, l’Europe est indéniablement le berceau de l’horlogerie dans le monde. C’est donc tout à fait normal que d’excellentes écoles horlogères se trouvent en Suisse, en France ou encore en Angleterre. Mais le reste du monde n’est pas exclu et les écoles horlogères prospèrent aussi ailleurs. Envie de faire carrière dans ce secteur ? Restez au courant de toutes les actus et visitez entre autres le Musée international d’horlogerie.